Les conseillers financiers considérés comme un service essentiel

Depuis le début de la crise, vous avez remarqué que nous continuons à être très presents pour vous tenir au courant de l’évolution du marché et répondre à vos besoins. Il faut savoir que Peak fait partie des services essentiels et par le fait même, nous aussi. Nous trouvions important de vous rappeler que nous sommes là pour vous et vous expliquer en quoi consiste notre travail durant la crise.

Suivi du marché boursier et des compagnies de fonds

En temps normal, nous suivons régulièrement les évolutions du marché avec les compagnies de fonds. Nous avions avant une à deux rencontres ou échanges par semaine avec les compagnies de fonds par le biais de leur représentant. Depuis le début de la crise, nous avons une ou deux communications par jour avec les compagnies de fonds, soit par téléphone, vidéoconférence ou appel conférence couvrant les points suivants :

Analyse de vos placements et opportunité fiscale

Nous faisons régulièrement un suivi de vos placements pour voir ceux qui fonctionnent bien et ceux qui fonctionnent moins bien. Encore plus en ce moment, nous examinons le comportement de vos placements pour identifier ceux qui ne réagissent pas comme nous le voudrions et préparer les ajustements que nous ferons après la crise.

Nous travaillons aussi à optimiser l’impact fiscal de la crise pour les clients qui possèdent des placements non enregistrés. Nous validons les fonds dans lesquels nous sommes en mesure de déclencher des pertes en capital pour diminuer votre impôt des trois dernières années ou dans le futur.

Vidéoconférence et signature à distance

Pour continuer à vous servir adéquatement, nous avons pris le virage des vidéoconférences depuis le début du mois de mars. Via les outils comme Facetime, SkypeZoom ou Webex, nous sommes en mesure de vous rencontrer comme lors de nos rencontres chez vous. Nous vous présentons les même rapports qu’habituellement et nous gardons ainsi le contact privilégié que nous avons avec vous.

Conjointement avec le département de conformité chez Peak, nous avons aussi opté pour la solution DocuSign qui nous permet de vous faire signer de manière sécuritaire vos documents depuis votre tablette, téléphone ou ordinateur.

Finalement, même les compagnies d’assurances ont fait le saut dans le 100% numérique en offrant des propositions d’assurance en ligne, des questionnaires de santé via téléphone ou vidéoconférence et des acceptations accélérées pour assurer la continuité des opérations.

Télétravail pour tous les employés de Peak

Il y a quatre semaines, Peak a pris la décision de fermer tous ses bureaux au Canada et de mettre tous ses employés en télétravail, ce qui n’avait jamais été testé avant. En l’espace de 48h, tous les employés ont été équipés, formés et encadrés pour assurer la continuité des opérations de manière transparente. Vous pouvez en apprendre plus dans un article paru dans Finance et investissement.

Voici quelques statistiques que Peak nous a transmis :

Suivi des marchés

Une semaine à la hausse

La dernière semaine a connu un fort rebond avec des gains permettant de rattraper presque 50% de la perte que nous avons connu. L’indice américain du SP500 a même battu un record de progression hebdomadaire datant de 1974.

Les marchés ont continué de se concentrer sur le taux de nouvelles infections de la COVID-19 comme indicateur clé permettant d’appréhender le moment où les économies pourraient se « remettre en marche », plutôt que sur les plus récentes publications de données économiques, qui sont désormais escomptées dans les marchés.

Au fil de la semaine, des nouvelles plus optimistes sont apparues : l’État de New York a signalé sa première baisse quotidienne de décès et la province de Wuhan, n’étant plus en confinement, a annoncé son tout premier jour sans décès liés à la COVID-19 depuis le début de la pandémie. D’autres pays, dont l’Italie, ont commencé à envisager un assouplissement des confinements. Aux États-Unis, Anthony Fauci, directeur de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses, a réduit de près de la moitié les projections de décès par le virus et a suggéré que les États-Unis pourraient voir le début d’un redressement prochainement.

L’enjeu du pétrole et de l’OPEP

L’OPEP et ses alliés producteurs de pétrole ont finalisé dimanche un accord historique visant à réduire la production de 9,7 millions de barils par jour, après plusieurs jours de discussions et un va-et-vient entre les plus grands producteurs d’énergie du monde. Il s’agit de la plus grande réduction de production quotidienne de l’histoire.

La réduction de production débutera le 1er mai et se poursuivra jusqu’à la fin juin. Nous devrions donc voir le court du pétrole remonter au cours des prochaines semaines, aidant grandement les producteurs à redevenir rentables.

Toujours vers une reprise en V?

L’option d’une reprise en V rapide qui avait été évoquée dernièrement semble de moins en moins faire consensus dans l’industrie. Les chiffres officiels du chômage au Canada avec plus d’un million d’emplois perdus et de seize millions aux États-Unis laissent prévoir un gros impact sur l’économie.

La bonne nouvelle c’est que la grande majorité des pertes d’emplois sont temporaires. Les analystes s’attendent à ce que plus de 85% des personnes qui ont perdu leur emploi le retrouve lorsque les entreprises pourront de nouveau opérer leur activité.

Comme nous le voyons, la reprise économique devrait se faire progressivement au cours des prochaines semaines à travers le monde. Nous voyons actuellement l’Asie, et particulièrement la Chine, qui commencent à rouvrir leur entreprise. Le secteur automobile en Europe est planifie une ouverture progressive des usines fermées par la crise ainsi que les autres secteurs manufacturiers.

Le risque est de voir le nombre de cas de gens atteints du COVID-19 monter. Vu que le marché ce base beaucoup sur les chiffres du COVID-19, cela pourrait freiner la croissance et faire stagner le marché, créant une reprise en U. Si le nombre de cas monte de manière incontrôlé forçant un nouveau confinement ou des fermetures d’entreprises, nous pourrions voir une nouvelle baisse des marchés et une reprise en W.

C’est pour cette raison que nous vous conseillons d’investir progressivement dans le marché en ce moment avec des prélèvements à la semaine, aux deux semaines ou au mois pour diminuer le risque d’une reprise en W.

Source : Placements Mackenzie