Willful : le testament en ligne

Lors du congrès national de Peak pour souligner le 30e anniversaire, nous avons eu une présentation de la compagnie Willful. La compagnie vous permet de réaliser vous même votre testament en ligne et de l’enregistrer à la Chambre des notaires. Grâce à cet enregistrement, votre testament sera retrouvé via une recherche testamentaire à votre décès.

Nous tenons à vous rappeler de l’importance de faire un testament pour être sûr de bien protéger votre famille et vous assurez que vos dernières volontés soient respectées. Voici les situations de vie importante ou vous devriez faire un testament ou le réviser :

La solution de Willful devrait combler votre besoin si vous avez une situation familiale et professionnelle relativement simple. Si vous devez inclure une ou des entreprises ou encore une fiducie familiale, nous vous conseillons fortement de consulter un notaire qui sera en mesure de vous accompagner.

Si vous préférez faire affaire avec un notaire et que vous n’en connaissez pas, n’hésitez pas à nous contacter, nous pourrons vous référer des notaires de confiance.

Suivi des marchés

États-Unis :

L’indice S&P 500 et l’indice composé Nasdaq ont gagné du terrain, brisant une série de sept baisses hebdomadaires consécutives. Tous les secteurs du S&P 500 ont progressé, les valeurs de consommation discrétionnaire et d’énergie se portant particulièrement bien. Le secteur des soins de santé a pris du retard. Cette vigueur intersectorielle semble refléter l’optimisme selon lequel les pressions inflationnistes pourraient atteindre un sommet.

L’inflation: Les pressions inflationnistes ont contribué à un certain ralentissement des premières lectures des indices des directeurs d’achat (PMI) américains. En effet, l’indice PMI S&P Global Flash américain a reculé à 57,5 en mai, contre 59,2 en avril. (Les indices PMI supérieurs à 50 indiquent une expansion de l’activité.) La production manufacturière et les nouvelles commandes ont été solides, mais l’enquête a indiqué que les coûts des intrants et les frais de production ont également augmenté de manière significative. Du côté des services de l’économie, l’indice PMI flash s’est établi à 53,5, contre 55,6 le mois précédent. La croissance des nouvelles ventes a ralenti, tandis que les coûts des intrants ont atteint le niveau le plus élevé jamais enregistré.

PMI manufacturier des États-Unis (données préliminaires – mai) :

Dans le même temps, le département américain du Commerce a annoncé que les commandes de biens d’équipement non liés à la défense, à l’exclusion des avions, ont augmenté de 0,3% séquentiellement en avril, un ralentissement par rapport aux 1,1% enregistrés en mars et une indication possible que les investissements des entreprises pourraient se modérer. Les données d’avril du Census Bureau ont montré que les commandes de biens durables de base, qui excluent le transport, ont également augmenté de 0,3%. Cette impression était en deçà des attentes.

L’indice des prix des dépenses de consommation personnelle de base, qui exclut les produits alimentaires et l’énergie, a augmenté de 0,3 % en avril, conformément aux attentes et a peu varié par rapport aux trois mois précédents. Sur une base annuelle, cette mesure de l’inflation s’est établie à 4,9 %, une modération par rapport à la lecture de 5,2 % de mars. Les dépenses de consommation personnelle ont augmenté à un rythme plus rapide que l’inflation, augmentant de 0,9 % séquentiellement en avril.

Canada :

L’indice composé S&P/TSX du Canada a clôturé en hausse de 1,1 % à 20 749 vendredi, sa sixième séance consécutive dans le vert, alors que les traders ont continué de digérer de nouveaux bénéfices du secteur bancaire tout en se félicitant des solides données sur les dépenses de consommation en provenance des États-Unis.

Le déficit budgétaire du gouvernement canadien s’est réduit à 25,8 milliards de dollars canadiens en mars 2022, comparativement à 31,4 milliards de dollars canadiens au mois correspondant de l’année précédente. Les revenus ont augmenté de 14,2 % sur l’année pour atteindre 39,4 milliards de dollars canadiens, en grande partie en raison de l’augmentation des recettes fiscales et autres revenus. Dans le même temps, les dépenses de programme excluant les pertes actuarielles nettes ont diminué de 1,4 % à 61,4 milliards, reflétant la baisse des transferts du Plan de réponse économique covid-19.

Europe :

Les actions ont augmenté à mesure que la confiance grandissait dans le fait que l’inflation pourrait atteindre un sommet et que les banques centrales signalaient que les hausses de taux d’intérêt étaient susceptibles d’être progressives. Les volumes du marché ont toutefois été faibles en raison des vacances. En monnaie locale, l’indice paneuropéen STOXX Europe 600 a terminé la semaine en hausse de 2,98%. Les principaux indices boursiers ont également affiché des gains. L’indice CAC 40 français a grimpé de 3,67%. L’indice DAX allemand a progressé de 3,44%. L’indice italien FTSE MIB a augmenté de 2,25%. L’indice FTSE 100 du Royaume-Uni a progressé de 2,65%.

L’activité des entreprises de la zone euro dans le secteur privé a mieux résisté que prévu en mai dans un contexte de forte demande de services, en particulier de la part des ménages, selon une enquête auprès des directeurs d’achat. L’indice PMI composite S&P Global Flash Euro zone, un indicateur mensuel des services et des industries manufacturières, a chuté à 54,9 contre 55,8 en mai. L’inflation des coûts des intrants pour les entreprises s’est atténuée pour un deuxième mois.

Les taux des obligations d’État de base de la zone euro ont fluctué mais ont terminé en légère hausse. Les rendements ont d’abord augmenté après que la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a suggéré la possibilité de taux positifs d’ici la fin de l’année. Les rendements ont quelque peu reculé en raison des données PMI de la zone euro plus faibles que prévu. Les rendements des Gilts britanniques ont largement suivi les marchés de base, tandis que les rendements des obligations périphériques de la zone euro ont chuté.

Au Royaume-Uni : L’économiste en chef de la Banque d’Angleterre (BoE), Huw Pill, a déclaré au quotidien The Western Mail qu’il pensait que davantage de hausses de taux d’intérêt seraient nécessaires pour freiner l’inflation au Royaume-Uni, mais qu’un resserrement excessif pourrait entraîner un risque de profonde récession. « Personnellement, je pense qu’il reste encore beaucoup à faire… et nous devons aller non pas nécessairement à une position super restrictive, mais à une position qui enlève une partie de ce soutien », a déclaré Pill.

Une enquête auprès des directeurs d’achat au Royaume-Uni a montré que l’activité des entreprises a frôlé la stagnation en mai. L’indice de production composite PMI flash S&P Global/CIPS s’est établi à 51,8 en mai, son plus bas niveau en 15 mois, en baisse par rapport à 58,2 en avril.

Asie :

Les marchés chinois se sont affaiblis en raison des inquiétudes suscitées par le ralentissement de la croissance, exacerbées par l’approche de tolérance zéro du gouvernement à l’égard du coronavirus. L’indice composite de Shanghai, large et pondéré en fonction de la capitalisation, a reculé de 0,5 % et l’indice de premier ordre CSI 300, qui suit les plus grandes sociétés cotées à Shanghai et Shenzhen, a reculé de 1,9 %. Les données révélant que les bénéfices des entreprises industrielles chinoises ont chuté à leur rythme le plus rapide en deux ans en avril ont également pesé sur le sentiment.

Données économiques : Les bénéfices réalisés par les entreprises industrielles chinoises n’ont augmenté que de 3,5% en glissement annuel pour atteindre 26,58 billions de CNY en janvier-avril 2022, ralentissant fortement par rapport à une hausse de 8,5% en mars, les prix élevés des matières premières et les perturbations de la chaîne d’approvisionnement causées par les confinements liés à la COVID-19 ayant comprimé les marges et perturbé l’activité des usines. Les bénéfices des entreprises industrielles publiques ont augmenté de 13,9 %; tandis que ceux du secteur privé ont diminué de 0,6 %. Parmi les 41 industries étudiées, 19 ont vu leurs bénéfices augmenter tandis que 20 ont diminué. Les bénéfices ont augmenté dans l’industrie des mines et du lavage du charbon (199 %), du pétrole et du gaz naturel (138 %), de la fusion et du laminage des métaux non ferreux (40,3 %), des produits chimiques (14,8 %), des machines et équipements électriques (7,7 %), tandis que ceux de la fonte et du laminage des métaux ferreux (-55,7 %), de l’automobile (-33,4 %), de l’électricité (-33 %), du pétrole, du charbon et des autres combustibles (-29,4 %) et de la fabrication de matériel général (-24 %). Par rapport à avril de l’année dernière, les bénéfices des entreprises ont diminué de 8,5%, le plus haut niveau en 2 ans.

Les taux des obligations d’État chinoises à 10 ans à chuter à 2,75%, contre 2,83% il y a une semaine, dans un contexte d’attentes de soutien à la politique. Le yuan s’est affaibli à 6,71 CNY pour un dollar américain, contre 6,68 CNY une semaine plus tôt. Le yuan pondéré en fonction des échanges est tombé en dessous de 100 pour la première fois en sept mois, reflétant les attentes de nouvelles sorties de capitaux de chine alors que les hausses de taux d’intérêt imminentes de la Fed aux États-Unis ont réduit l’attrait relatif des actifs chinois.

Source : Placements Mackenzie, Barron’s, Reuters, Bloomberg, Yardeni, FactSet, CNBC, tradingeconomics, Moody’s

Suivez-nous sur les médias sociaux

Nous sommes heureux de vous annoncer que nous avons lancé une page Facebook et LinkedIn que nous vous invitons à suivre et à partager dans votre réseau.

Vous retrouverez dessus des publications sur le sujet des finances, des conseils pratiques et des articles que nous jugeons intéressants.

Voici les liens :